Les catastrophes naturelles et les personnes âgées

Les personnes âgées jouent un rôle de plus en plus important dans nos sociétés. Au 1er janvier 2016, la France (y compris Mayotte) compte au total 66 627 602 habitants, dont 51,6 % de femmes et 48,4 % d’hommes. On estime la part de Français de 65 ans ou plus à 12,5 millions de personnes, soit 18,8 % de la population. Selon l’INSEE, la France aura plus de 23,6 millions de séniors (plus de 60 ans) d’ici 2060. Or, vivre plus longtemps ne signifie pas mieux vivre. Bien que l’espérance de vie ne cesse d’augmenter, notamment grâce aux progrès médicaux, de nombreux séniors vieillissent mal, surtout dans les situations de crise et catastrophes naturelles.

les catastrophes naturelles et les dégâtsOutre le phénomène du papy-boom, les catastrophes naturelles ne cessent de se multiplier. Tempêtes, séismes, inondations ou feux de forêt, un peu partout dans le monde, on a pu observer des catastrophes naturelles, également en France. On constate d’importantes inondations dans le nord de la France, notamment dans la Seine-et-Marne et l’Eure, des orages et des foudres dans le sud-ouest, une éruption volcanique dans la Réunion, un feu de forêt localisé dans le Maine-et-Loire, des tempêtes dans le sud de la France, un séisme en Charente-Maritime … la France n’y aura pas échappé. En 10 ans, la France a compté plus de 15 000 victimes de catastrophes naturelles.

Le Japon, les Etats-Unis, l’Allemagne, la France, tous ces pays autour du monde ont fait face aux conséquences des catastrophes naturelles, dont la dégradation de l’environnement, les problèmes financiers mais aussi la perte de proches et amis. Dans ces situations de crise, il est important de rappeler que les personnes âgées sont les premières victimes et les personnes les plus touchées. Souvent moins soutenues par les autorités publiques, elles sont plus susceptibles à subir un accident causé par une catastrophe naturelle et à souffrir de problèmes post-désastre.

Les personnes âgées, premières victimes de catastrophes naturelles

les personnes âgées, victimes de catastrophes naturellesMais comment se fait-il que les personnes âgées sont les premières à subir les conséquences de catastrophes naturelles ? Hélas, les raisons sont nombreuses. Tout d’abord, les séniors accordent moins d’importance aux avertissements d’évacuation, surtout parce qu’ils regardent moins les médias et sont moins voire pas du tout actifs dans les sociaux médiaux, qui servent souvent de moyens d’alertes.  De plus, certaines personnes âgées se sentent isolées et déracinées et s’attachent donc plus fortement à leur domicile. Souvent, elles ne veulent pas quitter leurs demeures, quoi qu’il y ait.

Par ailleurs, ayant peur de devenir un poids pour leurs proches, les séniors acceptent beaucoup moins le soutien de leur famille. Ainsi, ils vivent seuls donc il y a un plus grand risque d’être exposé à une catastrophe naturelle, sans recours.

Enfin, les séniors vivent plus mal les évènements négatifs de la vie, dont les conséquences d’une catastrophe naturelle. En outre, les refuges temporaires proposés pour héberger les victimes ne répondent pas forcément aux besoins des séniors. Perdre leurs biens, devoir quitter l’environnement familier et réparer les dommages, ce sont des situations qui peuvent facilement les fragiliser et déstabiliser. La détresse psychologique peut donc être énorme pour une personne âgée, étant souvent déjà vulnérable.

Enfin, l’état de santé se détériore avec l’âge, ainsi, les personnes âgées sont plus susceptibles de tomber malade dans des moments de crise. Le risque de souffrir de problèmes de santé physiques et psychologiques est donc plus important.

Ceci dit, les personnes âgées sont également nombreuses à contribuer au soutien des victimes de catastrophes naturelles. En Afrique, plusieurs séniors viennent au secours des victimes, en leur proposant un hébergement ou encore en partageant leur savoir-faire. On constate donc qu’en situation de catastrophes, les séniors font preuve d’entraide.

Les objets connectés, un soutien pour les personnes âgées

Depuis ces dernières années, le marché des objets connectés ne cesse d’évoluer. La montre Zembro peut être utilisée dans toute l’Union européenne et ce n’est qu’un exemple parmi des centaines de produits de téléassistance. Zembro est un bracelet connecté mais peut être également utilisé comme un téléphone. Adapté aux besoins des séniors, Zembro permet facilement et surtout rapidement de prendre contact avec un aidant.  En cas d’alerte, il suffit de toucher le cadran, un système de géolocalisation permet ensuite de localiser la personne.

les séniors, premières victimes de catastrophes naturellesIl existe d’autres objets connectés conçus pour les personnes âgées, permettant par exemple de lutter contre l’isolement comme la lysbox, une boîte de communication qui surveille et accompagne à distance les personnes âgées. Guard2me est une montre connectée qui alerte les proches si jamais la personne sort du périmètre de sécurité fixé. Le bracelet Vital est un assistant qui accompagne les personnes âgées vivant seul. Permettant de différencier un geste normale d’une chute brutale, le bracelet Vital prévient un centre d’assistance. Le BodyGuardian Sensor est un capteur permettant de connaître l’état de santé et de mesurer le rythme cardiaque d’une personne. L’amulyte est un collier, qui aide la personne à rester en contact avec sa famille. En cas d’incident, il est possible de localiser le porteur afin de venir en secours.

Brinco est un objet connecté qui peut prévenir d’un incendie, d’une inondation, d’un tsunami et même d’un séisme. Il s’agit d’un système d’alerte de catastrophes naturelles, qui intègre un sismomètre. Le but est d’introduire ces objets connectés de plus en plus dans la vie quotidienne, dans les foyers, les écoles, les bureaux, afin d’éviter des dégâts importants et peut-être même de sauver des vies.

Comment se protéger lors d’une catastrophe naturelle ?

En cas de catastrophe naturelle, la prévention est la meilleure façon de se protéger. Il faut être bien préparé et s’attendre au pire. Voici donc quelques conseils :

  • Préparer l’équipement nécessaire : n’oubliez pas les papiers d’identité et carnets de santé, les médicaments, une lampe de poche en cas de coupure d’électricité, un sac de couchage et des couvertures. Une réserve d’eau et d’aliments s’avère judicieux, mais attention aux intoxications alimentaires.
  • Mettre à l’écart et en hauteur des produits sensibles voire toxiques, dont par exemple des substances chimiques et sécuriser (couper) les réseaux de gaz, de chauffage et d’électricité pour éviter tout risque d’incendie, d’électrocution ou explosion. L’utilisation d’appareils électriques, d’ascenseurs et autres équipements électriques est déconseillé.
  • Les enfants (dans les écoles) sont protégés par les autorités, donc plutôt que d’aller les chercher et mettre sa vie en danger, mettez-vous à l’abri et suivez les conseils des autorités ou des aidants.
  • En cas d’inondation, l’eau peut être polluée, évitez donc le contact. Un diagnostic de sécurité du domicile permettra d’éviter tout risque de contamination ou pollution.

La mairie de votre ville pourra vous donner toutes les informations nécessaires afin d’être bien préparé.